Le mot du Président

Jérôme SADDIER

 

L’occasion m’est donnée ici de m’exprimer pour la première fois en tant que Président d’ESS France dont j’assure la fonction depuis le 1er janvier 2019. Je tiens à nouveau à remercier les acteurs de l’ESS de la confiance qu’ils m’ont accordé lors de leur vote à l’Assemblée générale du 5 décembre 2018.

Je souhaite saluer l’action menée par mon prédécesseur Monsieur Roger Belot qui a permis à ESS France d’exister et qui grâce à sa diplomatie naturelle et à sa détermination a su réunir au sein de cette instance nationale de représentation toutes les grandes familles de l’ESS.

Mon élection coïncide avec l’adoption à l’unanimité d’un nouveau projet politique pour l’ESS française qui au travers de 10 principes refondateurs invite à une alliance des entreprises de l’ESS essentielle à toutes et tous dans une démarche lucide, moderne, ouverte et d’avenir. Face à l’urgence démocratique, sociale et écologique, il nous faut bâtir la maison commune dont l’ESS a besoin pour parler d’une voix forte et agir collectivement. Alors mettons-nous au travail ! Il nous faut continuer à coopérer, à développer de nouveaux partenariats et à démontrer notre capacité à travailler ensemble pour mieux communiquer au grand public.

Aujourd’hui dans la rue, sur les réseaux sociaux et dans les foyers, à travers la mobilisation des gilets jaunes, il y a un appel à ce que les choses fonctionnent différemment. Chacun et chacune a sa part de responsabilité et nous devons tous ensemble au sein d’ESS France porter au mieux cette prise de conscience collective. Evacuons la question de nos faiblesses intrinsèques, surmontons nos rigidités, agissons avec discernement, car il est urgent de se manifester. Et comme Monsieur Claude Alphandéry, Président Fondateur du Labo de l’ESS, le rappelle dans sa tribune du 27 décembre 2018 «  il serait particulièrement mal venu de ne pas faire entendre la voix de l’ESS au moment où tout peut se jouer pour le meilleur ou pour le pire ».

Face à la crise qui prospère depuis des années et qui éclate aujourd’hui, soyons sûr de notre force, l’ESS fait partie de la solution pour construire l’économie de demain (Communiqué de presse d’ESS France du 07 décembre 2018). Face aux revendications d’une grande majorité de la population française, nous devons être capables de démontrer, plus qu’hier et moins que demain, que c’est bien l’ESS qui est la norme, et elle se doit d’être en première ligne. Elle a en effet le mérite de mettre autour d’une même table une grande diversité d’acteurs qui au travers de cette économie se met au service de demain pour transformer et créer du lien dans nos sociétés fragiles.

A nos organismes et entreprises d’agir ensemble, en étant innovants, exemplaires et transparents, pour aller vers plus de justice et d’efficacité sociale. Travaillons au sein d’ESS France à des référentiels de gouvernance exigeants et performants et trouvons des solutions collectives.

Dans le cadre du grand débat national voulu par l’Élysée, ESS France a pu indiquer le 11 janvier dernier au Premier ministre et devant une trentaine d’autres organisations associatives qu’elle participera et contribuera au débat et qu’elle sera vigilante sur la prise en compte réelle de sa contribution. Nous sommes en effet convaincus que l’ESS est une réponse à l’urgence sociale. Ses principes qui la définissent apportent des solutions à cette situation de crise, en accompagnant la nécessaire mutation des modes de production, de redistribution et de consommation pour préserver l’environnement, construire des territoires résilients et réduire les inégalités.

Comme le faisait remarquer la plaidoirie de « Maître » Alexandre Kourchner au dernier tribunal pour les générations futures organisé par l’Avise, le 11 décembre 2018 « Le rôle de l’ESS est de guider le reste de l’économie, d’inventer de nouvelles régulations d’intérêt général avec la puissance publique notamment les collectivités locales (…) elle offre un cadre pour expérimenter et améliorer notre façon de créer de la valeur »

Construisons au sein d’ESS France un discours fort et cohérent avec nos valeurs et qui doit être porté par toutes et tous et entendu dans ce grand débat national mais aussi ceux à venir que sont la loi Pacte, le pacte de croissance de l’ESS, les différents Plans de pauvreté et de santé, les élections européennes, l’Agenda 2030...

Voici les vœux que je formule en ce début d’année 2019 que je souhaite plus juste, plus solidaire et plus fraternelle. Très bonne année à vous toutes et tous.