Le CNCRESS réagit à l'annonce de la réduction des contrats aidés

ESS France

Dans son communiqué du 18 septembre 2017, le réseau des CRESS (Chambres Régionales de l'Economie Sociale et Solidaire) s'inquiète de la réduction puis de la forte diminution du nombre de contrats aidés en 2018. Le CNCRESS regrette également l'"absence de concertation" et la "mise en oeuvre immédiate" décidée par le gouvernement.
 

"Cohésion sociale et territoriale"

À l'instar du Mouvement associatif, de l'UDES, du MOUVES et du MES, le réseau des CRESS insiste sur l'utilité sociale des contrats aidés, et leur rôle dans l'insertion des jeunes diplômés ainsi que dans la réinsertion des personnes éloignées de l'emploi. Le CNCRESS rappelle également le rôle prépondérant des contrats aidés au niveau des territoires : "l'externalité positive est la réponse aux besoins d'utilité sociale, le maintien d'un environnement porteur pour l'attractivité du territoire (existence de services au public, animation, accompagnement, prise en charge des enfants, des personnes âgées, des malades, activités culturelles et sportives)".

Des CUI-CAE moins chers que le CICE

Les CRESS soulignent enfin l'augmentation des coûts qu'entraîneront les suppressions de contrats aidés, notamment avec le retour de nombreuses personnes au RSA. Ainsi, le CNCRESS et l'ensemble de ses composantes demandent "le maintien pour 2017 et 2018 du nombre de contrats aidés [et] le lancement d’une concertation afin de réfléchir à l'amélioration progressive de ces dispositifs".

Documents source à télécharger

Consultez le communiqué officiel du CNCRESS en ligne.

En lien avec ce contenu

Sphère :
Secteurs de l'ESS :
Logo du CNCRESS