Contrats aidés : Le Mouvement associatif et l'UDES interpellent le gouvernement

ESS France

L'UDES et le Mouvement associatif ont exprimé leur inquiétude, suite à la diminution des contrats aidés décidée par le gouvernement. Les 2 organisations demandent l'ouverture d'une concertation avec le Premier Ministre et la Ministre du Travail.
 

L'UDES et Le Mouvement associatif alertent le gouvernement

L'UDES interpelle le Premier Ministre et plaide pour une formule rénovée des contrats aidés

Suite au courrier adressé au Premier Ministre Edouard Philippe le 25 août dernier, l'Union des Employeurs de l'Economie Sociale et Solidaire (UDES) s'inquiète des répercussions du gel puis de la baisse des contrats aidés au 2nd semestre 2017 : "[...] la réduction des contrats aidés annoncée par le gouvernement [...] aurait de graves conséquences, non seulement sur l’activité et les finances d’un certain nombre d’entreprises de l’économie sociale et solidaire intervenant auprès de publics fragiles, mais aussi sur l’employabilité et l’insertion des personnes les plus éloignées de l’emploi". Particulièrement concernés par cette réduction, "l’animation, l’éducation, le sport, le tourisme social et l’aide et soins à domicile, seront durement touchés" selon le communiqué officiel diffusé par l'UDES.

Une inquiétude des associations partagée par le Président de l'UDES Hugues Vidor, qui souhaite que l'union soit "consultée par la Ministre du travail avant tout arbitrage sur les priorités de ciblage des contrats aidés pour le second semestre 2017" : "Nous avons reçu ces derniers jours des témoignages alarmants d’associations qui, sans les contrats aidés, se voient dans l’impossibilité de pérenniser des postes pourtant indispensables à la cohésion sociale et au développement d’activités d’utilité sociale dans les territoires". Afin de lutter efficacement contre le chômage, l'UDES propose de faire évoluer ces contrats, notamment avec :

"- l’instauration d’une programmation pluriannuelle des enveloppes consacrées au dispositif afin de donner de la visibilité aux employeurs et d’éviter les effets néfastes d’une politique de « stop and go » trop souvent pratiquée ces dernières années sur ces contrats,
- l’assurance d’un haut niveau de prise en charge et d’une ambition en termes de formation et d’accompagnement du titulaire du contrat (sur le même modèle que le dispositif Emplois d’avenir),
- une réflexion sur les contours (ciblage, durée, niveau de financement) de ces contrats en lien avec l’évolution des modèles socio-économiques des associations"
.

Le Mouvement associatif demande le maintien sans préavis des contrats aidés

Dans son communiqué daté du 29 août, le Mouvement associatif dénonce "l’annonce sans préavis et sans concertation de la réduction brutale des contrats aidés en 2017 et leur diminution drastique en 2018". Pour le mouvement, cette décision est "une vraie menace pour les associations", qui "comptent aujourd'hui 130 000 salariés en contrats aidés". Des contrats à l'impact social conséquent, puisqu'ils "concernent principalement des jeunes peu qualifiés, des chômeurs de longue durée, ainsi que des seniors en fin de carrière. Ils permettent à des personnes éloignées de l’emploi de s’insérer ou se réinsérer dans la vie active, de reprendre confiance et de casser la spirale de l’isolement que crée le chômage de longue durée".

Des propos confirmés par Philippe Jashan, Président du Mouvement associatif : "La remise en cause brutale et sans concertation de ce dispositif ne peut que susciter incompréhension et inquiétudes, pour la situation des personnes éloignées de l’emploi, comme pour la capacité de nombreuses associations, comme des collectivités, à continuer à mener dans les prochains mois leurs actions de proximité au service des citoyens". Le Mouvement associatif rappelle également l'utilité sociale des associations, qui oeuvrent non seulement pour l'emploi, mais aussi pour que : 

"- les salariés qui en bénéficient et y trouvent une nouvelle chance,
​- les bénéficiaires des actions que ces emplois permettent de développer,
​- la création de lien social et la qualité de vie sur nos territoires"
.

Mise à jour du 8/09/2017

Le Mouvement associatif a réagi suite à la communication portée par le gouvernement en Conseil des Ministres et "dénonce en particulier l’incitation faite aux Préfets de recourir au service civique pour compenser la diminution des contrats aidés. C’est une confusion inacceptable [...] Le Mouvement associatif réitère sa demande d’une révision des décisions prises pour les prochains mois [...] et souhaite l’ouverture d’une concertation sur les enjeux de financement des activités d’utilité sociale et de vie associative".

Documents source à télécharger

Consultez la lettre de l'UDES au Premier Ministre et le communiqué officiel.
​Consultez le communiqué officiel du Mouvement associatif et sa réaction suite à la communication du gouvernement.

Le monde associatif se mobilise

Retrouvez l'ensemble des publications du Mouvement associatif et de ses adhérents dans son dossier spécial sur les contrats aidés.

En lien avec ce contenu

Sphère :
Secteurs de l'ESS :
Logo Le Mouvement Associatif